Convocation d'Assemblée Générale.

La prochaine AG du CIP Limousin aura lieu ce jeudi 12 juin à 19h au Théâtre de l Union, à Limoges. Nous vous donnerons des nouvelles de la coordination nationale et de l'appel à organiser partout des AG afin de se prononcer sur la grève...

Bilan d'action du 14 mai

Une action était prévue au niveau local en soutien à l action nationale, qui avait lieu à...Cannes. Cette action locale a été annulée car trop peu de participants...(il en manquait 5...les conditions de sécurité maximales n'étaient pas réunies. ) Merci à tous ceux qui étaient volontaires. La prochaine fois sera la bonne. Merci également très largement à ceux du CIP Limousin qui sont partis soutenir l'action nationale à Cannes. Merci à eux d'avoir pris de gros risques pour faire avancer notre cause... To be continued concernant Cannes...

Compte rendu de l'Assemblée Générale du 12 mai 2014

Bonjour à tous, Étaient présentes une petite vingtaine de personnes au total, et s'étaient excusées une autre bonne vingtaine.(merci à eux de nous communiquer leur soutien). La représentativité s'ouvre un peu ! (merci à l'action du 5 mai !)

 

Nous rappelons que cette semaine a pour thématique : la culture.

 

Par ordre de discussion à l AG, et en résumé :

 

*Samedi 17 mai, * Après un long débat sur l organisation, à l'occasion de "je marche pour la culture", un Rassemblement aura lieu à 16h30 (jusqu'à 17h30) à Brive sur la place de la guierle. (place du marché mais aussi du théâtre des 13 arches). Cette marche est organisée à l'initiative des syndicats d employeurs, structures du spectacle vivant. Nous appelons tout le monde (personnes, spectateurs, syndicats et partis) à rejoindre le rassemblement. Le CIP Limousin sera présent en soutien de la marche pour la culture.

En fin d AG, nous avons beaucoup parlé avec Nicolas, chômeur engagé dans de nombreuses causes, nous faisons circuler les informations... Ce bilan est un peu bref, faute de temps... La prochaine AG sera plus ouverte à la discussion...et le bilan plus étoffé...

 

LES RENDEZ VOUS ET ACTES DE LA SEMAINE PASSÉE :

- Rendez vous avec Alain Mercier ( présentation et accord de principe : possibilité pour les intermittents travaillant au grand théâtre de dire un texte à l issu des représentations.)

- Frédéric C (élu à la mairie de limoges) (terre de gauche), commission culture; secrétaire national d un syndicat d employés de Pôle emploi, côté insertion). Dialogue et présentation... Voir comment il serait possible de s associer selon les événements, si besoin.

Nous sommes invités à venir poser des questions au meeting des européennes du 20 mai. Nous ajoutons son contact à la liste de diffusion de la cip lim

 

LES PRIORITÉS DU MOMENT:

- Prendre rendez vous avec Fo

- Prendre rendez vous avec la Cfdt (en cours)

- Rencontrer l élu à la culture de la mairie de limoges pour nous présenter.

- Obtenir plus que vite des lettres de députés qui demandent au ministre du travail de ne pas agréer l accord.

- Aller dans les meetings politiques poser des questions sur la position des partis par rapport à nos questions.

-Rendez vous mpep. Pour tout cela, il existe des documents quasi clef en main que nous pouvons vous faire passer... Si certain veulent prendre des missions, c est avec plaisir... Et plus que bienvenu !!!

- Fabriquer des stickers cip limousin avec le logo, ou des badges... Pour être visibles sans forcément la banderole.

-Trouver un imprimeur sympa, et gratos... On va avoir de l impression en masse à faire avant début juin...

 

Compte rendu de la manifestation du 1er mai 2014

Compte rendu de l'action du CIP Limousin du 5 mai 2014

Dans le cadre d'une action nationale commune de toutes les coordinations
régionales du CIP, la coordination du Limousin a opté, à ma décision,
pour une action soft. Deux raisons à cela. Primo nous n'étions que cinq,
secundo la majorité d'entre nous n'avait jamais participé à ce genre
d'action, j'ai donc décidé pour le bien de tous de nous restreindre à
une prise de contact directe avec le public de Pôle Emploi sans occuper
les locaux en force.

Nous nous sommes donc rendus à 10 h à l'agence Pôle Emploi au 135 avenue Général Leclerc à Limoges, nous avons déployé notre banderole devant les locaux, et sommes allés à la rencontre des personnes se rendant à l'agence pour leur distribuer des tracts, leur faire part de notre
existence et de nos luttes, autour d'un verre, de quelques gâteaux et de
quelques bonbons, le tout au soleil, ce qui a permit d'instaurer un
climat de convivialité, de générosité et d'échange avec nos
interlocuteurs qui se sont avérés très intéressés par notre démarche, et
dans la grande majorité se sont sentis interpellés et concernés. Nous
avons autant parlé qu'écouté.

Je suis allé rencontrer le personnel de Pôle Emploi, pour les prévenir
de notre action. L’accueil a été très courtois même s'il n'a pas été
possible de rencontrer la direction, mais une possibilité de rendez vous
ultérieur m'a été proposée. Un employé a pris le risque de prendre un
tract en douce car il m'a avoué à voix basse être intéressé par notre
initiative.

Nous avons pu mesurer par nos rencontres, à quel point le public des
chômeurs est mal informé sur la réforme à venir. Peu ou prou sont au
courant de la quasi disparition de l'annexe 4 des intérimaires. Les
seniors ne sont pas au courant de l'augmentation de la durée de
cotisation pour s'ouvrir des droits à 36 mois d'indemnisation, à partir
de 50 ans, qui va passer à 52 ans.

Nous avons bon espoir d'avoir noué de sérieux contacts qui viendront
grossir les rangs de notre collectif. Et même si ce n'est qu'un seul,
c'est déjà ça de gagné.

Cependant, nous sommes sommes aussi confronté à la réalité de la
fracture numérique. En effet, quelques personnes intéressées par nos
actions nous ont demandé si nous disposions d'un autre moyen de contact
qu'internet, car ils ne disposent pas d'un accès personnel, ou même dans
leur entourage. Il sera donc pertinent de réfléchir à la nécessité d'une
ligne téléphonique pour le CIP Limousin et peut être d'un lieu permanent
et/ou référant.

Nous avons, sur la fin de l'action, rencontré une personne sollicitant
notre aide pour des sans papiers de sa connaissance. Nous lui avons bien
entendu répondu que nous leur offrirons toute l'aide dont nous disposons.

Le Populaire du Centre a envoyé deux journalistes pour nous interviewer
et nous prendre en photo. J'ai bon espoir d'un véritable article
objectif puisqu'ils ont découvert effarés certaines informations que
j'ai pu leur donner. Je m'étonne malgré tout de la naïveté de
journalistes qui n'ont jamais entendu parler du Conseil National de la
Résistance. Cependant, je crois, j'espère qu'ils feront un article censé
reprenant clairement nos revendications. A suivre donc...

Pour finir, j'ai eu un bref entretien avec un fonctionnaire de police,
travaillant pour les renseignements généraux. Je vous passe les détails
de la posture physique destinée à me mettre une pression insidieuse (il
a faillit me péter deux doigts en me serrant la main), et l'ignorance
feinte sur le contenu de nos revendications. J'ai donné mes coordonnées
personnelles, puisqu'il voulait un responsable désigné pour cette action
précise. Il m'a annoncé que je serais contacté prochainement par son
collègue chargé des mouvements sociaux pour obtenir de plus amples
renseignements. Merci bien, je n'ai pas de réseau à mon domicile, il
peut toujours appeler...

En conclusion. Nous avons pu mesurer à quel point le public de Pôle
Emploi est une caste de "privilégiés" comme l'affirme le patronat,
vivants avec l'équivalent d'un RSA, certains affamés qui ont profité de
notre buffet improvisé pour prendre un bon petit déjeuner pour une fois,
accompagnés de leur enfants en bas âge, la mine basse, honteux d'avoir
affaire aux aides sociales, découragés, dépités, sans illusions, mais
malgré tout plein d'une humanité et d'une chaleur qui nous a rempli de
détermination quant à la nécessité de notre lutte.

Alors même si nous même, au départ, nous nous posions la question de
l'intérêt d'une action aussi simple et non violente, peu spectaculaire,
en si petit comité, même si nous avons une révolte et une indignation
qui nous brûle les viscères, nous avons compris qu'il faut aussi pouvoir
dialoguer simplement avec ceux qui n'ont pas eu la chance, le temps, les
moyens, de réfléchir aux causes de leur misère, et qu'ils sont en
demande de plus de solidarité.

Continuons.

 

Julien pour le CIP Limousin.

COMPTE RENDU DE L'ACTION DU 5 MAI 2014

Bonjour,

Ici la CIP Limousin,
Nous étions entre 30 et 40 présents ce matin présent lors de la manifestation de Limoges. (intermittents, précaires, structures et soutiens)
Nous avons défilé pour la première fois sous la banderole CIP Limousin. (Coordination des Intermittents et Précaires du Limousin)

 

Qu'avons nous fait ?
- Distribution de tracts nous présentant, et présentant le ralliement à la Coordination Nationale des Précaires, Chômeurs, Intermittents et Intérimaires.
- Rencontrer les manifestants pour expliquer qui nous étions. (CGT, NPA, MPEP, CNT, etc...)
- Répondre aux questions de la presse écrite régionale. (Popu, écho)

 

Les avancées :
- On a pu raconter un peu ce qui s'était passé à Paris, la suite, demain en AG.
- Un journaliste s'est proposé pour être relai de toutes les actions que nous pourrons organiser. Nous avons son contact.
- Un particulier (merci !!!) a proposé un lieu suffisamment grand pour organiser nos AG, et plus si affinité - on se garde ça dans un coin de la tête-
- Nous unissons nos forces pour les futures actions. -merci !!!-
- Nous avons également pas mal avancé aussi concernant la mise en place d'outils de communication ( site internet, ETC...) -Yes! grand bravo, et merci beaucoup !!!-

 

Venez nombreux demain à l'AG à 17h au Collectif Radar, 2 rue Pierre Brossolette à Limoges (foyer Nazareth) c'est ICI.

 

Nous cherchons des volontaires pour la première action du Lundi 5 mai qui serait organisée demain, en fin d'AG. On cherche des gentils, des communicants ou ayant une formation de barman, ou DJ, musiciens, comédiens, sondiers,...en fait...peu importe On cherche des gens... Action zéro risque.
Et si vous connaissez des collectifs de chômeurs, précaires qui ont envie de venir voir l'AG, de s'investir, n'hésitez pas !

Ailleurs en France, que s'est il passé  ? (non exhaustif à cette heure) :

Jeudi 1er mai
Contre l’austérité
Paix aux chaumières
Guerre aux palais !

 

Paris : 14h30 RDV au 257 rue du Faubourg Saint-Antoine pour tenir dans la manif’ un point fixe unitaire avec une banderole Contre la précarisation, convergence des luttes !.

14h Rejoignez le point fixe en nombre ! Éclaircies prévues dans quelques minutes, la lutte ne se fera pas noyer !!!

 

Avignon : 10h Chômeurs, précaires, intermittents, intérimaires, rdv devant la grande poste d’Avignon avec le Collectif Contre l’Austérité 84. La Manif sera suivie d’un pique nique Place du Palais.
14h, rdv avec Marcheurs Antinuk 84 au Parc des Libertés.

 

Besançon : Diffusion de Toi, militant(e) Force Ouvrière - CIP Franche-Comté et plus si affinités.

 

Bordeaux : 9h Parvis des droits de l’Homme, pour une action d’interpellation des signataires de l’accord Unédic 2014.

 

Caen : Participation de la KIC (Koordination Intermittents du Calvados) au défilé du 1er mai, puis inauguration d’un squatt pour expulsés et sans papiers avec le collectif 14 de défense des droits des étrangers.

 

Clermont-Ferrand : 10h Place Delille. A l’issue de la manifestation, un moment festif sera organisé dans la cour de la Maison du Peuple.

 

Nice : 9h45 Rassemblement Promenade des Anglais, face au Ruhl.

 

Rennes : 10h30 place de la mairie


Manif/action pour la dissolution du MEDEF- Rien à carrer des miettes, on veut le Gattaz, à l’appel de la CIP-Bretagne, du MCPL et du CLOU.

 

Toulouse : 10h30 Place Esquirol
Mobilisation générale : NON à la baisse de revenus déjà précaires, OUI à un salaire socialisé pour tous et toutes.

Des infos en provenance de ces villes ainsi que de Brest, Dijon, Grenoble, Lille, Lyon, Marseille, Nancy, Nantes, Poitiers, Valence, … seront publiées ici au fur et à mesure de leur arrivée


Toutes les actions et réunions sont mises à jour ici : http://www.cip-idf.org/

 

Demain, Quoi de neuf ?

 

02/05 :

Paris 14-18h coordonnerie à Solidaires, salle Yoga, 114 bd de la Villette, m° Colonel-Fabien. Soyez les bienvenu.e.s.
14h, La commission "Questions qu’on n’ose pas poser en AG" se réunit. On a commencé à répondre à la question qu’on « Mais c’est quoi, les autres annexes ? » On les a juste listées pour l’instant. Ce travail est à continuer. Depuis quelques séances on essaie de répondre à la question qu’on « Mais c’est quoi, l’Unédic ? ». Pour ce faire on a pris les statuts de l’Unédic, qu’on a lus de A à Z. (Ah oui, l’Unédic est une association loi 1901, d’où les statuts.) On a terminé cette lecture, l’objet de cette séance est de décider comment en rendre compte. Puis on décidera : continuer sur l’Unédic avec « Mais c’est quoi la représentativité patronale ? » ou s’attaquer à une autre question qu’on. Y’en a plein. Tiens, une nouvelle : « Mais pourquoi en 2003 on disait protocole, et cette année accord ? ».
14h com internet-publication : Comment procède-t-on sur le site et pour les listes ? Le site va changer (on va enfin s’y retrouver ?!), bref pleins de choses à se dire, à peaufiner. « Anciens » » ou « nouveaux » dans ces luttes, soyons les médias !

 

Limoges 17h Assemblée Générale Extraordinaire de la Coordination des Intermittents et Précaires du Limousin, 2 rue pierre brossolette à Limoges (collectif radar / foyer Nazareth).

 

Enfin : je remets le petit texte du p'tit Claude, par plaisir :

"Alors bienvenue a cette “Demoiselle” CIP Limousin qui vient de naitre ....
Une comédienne s’appelle toujours Mademoiselle , Monsieur ...

Revendiquons la situation non conformiste , volubile et féminine
de La culture ! De la Tendresse , Bordel !
La culture pour s’élever comme une plante s’élève vers le soleil ,
la lumière et ainsi être “debout” entre le chêne et le roseau !
Image a poser auprès de nos pollutions physiques et intellectuelles
qui nous mettent à genoux dans les casiers hiérarchiques d’une société
de l’ombre des cœurs et des tentatives de libre arbitre .
Libre cours a Notre Capital : Partager notre Poésie Humaine !
Au tas la Réal Politique d’aujourd’hui qui n’a de cesse que de nous
plier sous le pragmatisme de production capitaliste parce que
faut bien commercer !
Il faut Bien Commercer Oui ! En ayant un rapport , une relation
avec quelqu’un : être d’un commerce agréable !

Revendiquons une Coordination qui agence des éléments en vue
d’obtenir un ensemble cohérent .
Revendiquons l’Intermittence qui s’arrête et reprend par intervalles
parce que le travail n’est pas torture mais réalisation d’une œuvre .
Revendiquons la précarité dans l’incertain , le provisoire , le fragile
opposé à l’existence par autorisation révocable !
Je ne veux surtout pas d’une Usine Culturelle qui m’assurera “le bonheur
tranquille” de l’ouvrier attaché a sa tâche et si possible en trois/Huit et
le dimanche !
La flexibilité volubile de la création humaine , Oui !
La sécurité du partage pour manger pour vivre , Oui !
Vivre pour consommer , y compris culturellement , Non !
Et Morts Aux Cons ! Le p'tit Claude"

 

En attendant demain, des bises à tous.
Élise pour le CIP Limousin.

Compte rendu du rendez vous avec Bernard Combes, Maire de Tulle, Vice Président du Conseil Général de la Corrèze, Conseiller Technique auprès de François Hollande

 

Lundi 14 Avril 2014 à Tulle, 16h30

M. Bernard Combes à accepté de recevoir notre délégation pour échanger au sujet de l’accord UNEDIC signé dans la nuit du 21 Mars par les partenaires sociaux.

Cetté délégation mixte était composée d’employeurs et d’employés du secteur culturel, syndicats et coordinations unis dans un dialogue commun.

Nous avons commencé par présenter les revendications qui nous unissent ce jour :
- le refus d’agrément par le ministère du travail de l’accord UNEDIC signé dans la nuit du vendredi 21 Mars dans son intégralité
- l'ouverture de nouvelles négociations sur la convention d’assurance chômage, en intégrant au débat les revendications et propositions des partenaires sociaux ignorés (CGT et CFE-CGC)

Nous avons présenté le rapport d’Olivier Pilmis et Mathieu Grégoire, les 12 recommandations du groupe de travail du Sénat, et les propositions du comité de suivi de l’intermittence. 
Nos inquiétudes par apport aux conséquences de la mise en application de cet accord sur le secteur culturel, l’effet pervers du différé d’indemnisation, ainsi que l’impact au niveaux local qui affaiblirai d’autant plus les tissus culturels des zones rurales.
Les sujets inquiétants des intérimaires et des cadres ont été abordés, sans entrer dans les détails techniques faute de représentant qualifiés dans notre délégation, malheureusement composée exclusivement d’acteurs du secteur culturel.

M. Combes à énoncé sa volonté de faire remonter notre dialogue aux ministères et de se renseigner sur l’avancement du dossier auprès des acteurs politiques.

A la fin de l’entrevue, M. Combes a accepté de joindre son nom, en qualité de Maire de Tulle et Conseiller Technique à l’Elysée, aux tribunes du Comité de Suivi ci après :
Pour une réforme juste et équitable de l'assurance chômage des intermittents
CONCILIABULES EN VESTIBULE

Présents : 
Olivier Courqueberg - SNSP: Directeur de l’EPCC La Mégisserie
Patrick Cheype - SYNPTAC : Comptable du “Théâtre de l’Union” ,CDN du Limousin
Simon Chapellas - CIP : Technicien, employeurs multiples
Vincent Acampo - SYNPTAC : Technicien, employeurs multiples

Excusés : 
Elise Hôte - CIP : Comédienne, employeurs multiples
Magali Lachassagne - SYNPTAC : Attachée aux relations publiques, Scène Conventionnée des 7 Collines
Philippe Demoulin - CIP : Metteur en scène, employeurs multiples
Solange Charlot - SNSP : Directrice de la Scène Conventionnée des 7 Collines

COMPTE ­RENDU AG DU VENDREDI 4 AVRIL 2014

COMPTE­RENDU AG DU VENDREDI 4 AVRIL 2014

 

Il semblerait que les nouvelles mesures ne concernent plus que 300 personnes en limousin

( jusque­là nous pensions être 450 intermittents en Limousin). Pas moyen d'obtenir des chiffres fiables.

 

Dans la région Limousin, la plupart des intermittents ont de bas revenus. Les montants utilisés à titre d'exemples de calcul du différé sur le site du CIP­IDF sont éloignés des montants qui concernent les intermittents de notre région. En gros, quand on touche plus de 1 fois et demie le smic, on est  concerné par le différé. Les techniciens sont quant à eux beaucoup plus impactés par ce différé. Ce qui est choquant, c'est que les plus riches d'entre nous ont moins de carence grâce au nouveau calcul. Le but du mécanisme des dates flottantes est clairement de sortir le plus d'entre nous du système de l'intermittence.

 

Aux dernières nouvelles, Aurélie Filippetti aurait décidé de commander un audit d'impact des nouvelles mesures. Quoi qu'il en soit, ce n'est néanmoins pas à elle de signer la nouvelle

proposition, mais au nouveau ministre du travail, François Rebsamen. Celui­ci avait  signé les

propositions du comité de suivi réactivé en 2013. Et depuis les dernières négociations, Rebsamen fait partie de ceux qui trouvaient l'accord du 21 mars inacceptable (cet accord ne concerne pas les seules annexes 10 et 8). Maintenant qu'il est ministre, va­t­il signer? Il est à noter que Frédéric Hocquard, Secrétaire National à la Culture au Parti Socialiste demande qu'on n'agrée pas l'accord.

 

Les négociations sur les annexes 8 et 10 ont fait partie d'une négociation globale, et certains

déplorent que  les négociations ne soient pas menées branche par branche. En 2003, nous ne faisions pas partie d'une négociation globale.

 

Catherine Gravy fait remarquer que certaines mesures concernant les précaires auront un impact considérable sur les collectivités territoriales et l'état qui sont de gros employeurs de contrats précaires et qui, contrairement à ce qui se passait jusque là, vont devoir cotiser sur ce genre de contrats. Même si nous luttons contre certaines des mesures de l'accord, et si nous constatons que les collectivités et l'état n'ont certainement pas pris la mesure de l'impact que le nouvel accord aura sur eux, nous ne pouvons que nous réjouir de l'avancée sociale de ces mesures pour les précaires dans les collectivités. Une chose est sure, c'est que si tous ces gens sont éligibles à l'Unedic, cela va coûter plus cher. Quelle est la motivation du Medef là­dedans? Encore une fois, c'est sans doute la preuve que ces accords ont été signés dans l'urgence, en dépit du contenu. Le Medef s'attaque à tous les employés les plus flexibles. Philosophiquement le Medef veut supprimer toutes les résultantes du Conseil national de la résistance. La locution " trou de la sécu" a été pour la première fois utilisée en 1947, déjà une lutte pour anéantir le boulot du CNR. On a tous oublié ce qu'était un service public. Ça fait 50 ans qu'on détricote le service public.

 

Concernant l'Unedic, il est inscrit dans ses statuts que l' état est caution, or certains déplorent que ce soit la gouvernance de l'Unedic qui prenne seule les décisions, même les mauvaises que l'état doit de toute façon cautionner.

 

D autres invitent à ne pas agiter de drapeau contre l'Unedic. L'Unedic est ce qu'on doit préserver.

 

Le CIP Limousin est en contact avec une quinzaine de coordinations sur le territoire national qui communiquent beaucoup, notamment sur le partage des textes.  Ce serait bien qu'il y ait une sorte de base générale de textes qu'on partage. On a besoin de quelqu'un qui trie l'info.

 

PÉTITION POUR LA NON SIGNATURE DE L'ACCORD

 

Une lecture est faite d un texte rédigé par le comité de rédaction. Ce texte est une pétition qui sera présentée pour signature aux élus, aux syndicats et aux structures et qui demande la non signature de l accord du 21 mars par le ministre. Finalement, le texte n est pas assez factuel et un autre document, disponible sur internet est choisi, Il s agit de Conciliabules et vestibules 

 

http//www.cip­idf.org/article.php3?id_article=6935

 

Nous décidons de demander aux autres coordinations de travailler avec nous sur un texte

commun qui nous donnera plus de force. On propose CIP Limousin (coordination des intermittents et des précaires) mais cela induit: une forme d affiliation aux CIP préexistantes (notamment CIP­DIF) Qu il y ait réellement des précaires parmi nous (il y en a ), des intérimaires. Y a­t­il dans la région des associations, groupements, syndicats  d'intérimaires, de précaires? Que le CIP LIMOUSIN ait conscience qu'il défend une vision, qu'il englobe tous les précaires et pas seulement les intermittents.

 

L appellation CIP est approuvée à l'unanimité.

 

PROPOSITION D UN MANIFESTE

 

Ensuite un manifeste rédigé par Fabienne Muet, du comité de rédaction, est soumis à l

On constate qu'il n'englobe justement pas suffisamment les autres précaires et s'adresse

essentiellement aux intermittents. Il  sera revu dans les prochains jours par le comité de rédaction.

Assemblée Générale du 24 Mars 2014, Centre Culturel Jean Gagnant, Limoges

AG du 24 Mars 2014, Centre Culturel Jean Gagnant, Limoges


Voici un «bilan » de la dernière AG, ne m’en veuillez pas, c’est de mémoire…(promis, la prochaine fois, on nommera un secrétaire.)
Étaient présentes une trentaine de personnes; pas mal de personnes avaient également communiqué leur indisponibilité, nous soutenant néanmoins…
Toujours de nouvelles têtes présentes, c’est bon signe.

Une première partie de l’AG a permis de remettre au clair les conditions de signature de l’accord sur l’assurance chômage, ainsi qu’un petit développement des mesures concernant directement les intermittents du spectacle et leurs conséquences. Je ne développerai pas ici, par manque de temps, mais l’essentiel des infos figurait dans le précédent mail, sinon, vous les trouverez en cherchant un peu par ici :https://www.facebook.com/groups/intermitttentslimousin/

La seconde partie de l’AG a été destinée à organiser le mouvement.
En effet, décision a été prise de créer une coordination, pour ancrer le mouvement dans la durée.

La coordination s’est créée sur ces bases :

- Dénoncer les conditions de signature de l’accord sur l’assurance chômage.

- S’interroger et interroger sur la représentativité des partenaires sociaux signant l’accord.

- Ne pas perdre de vue que ce sont les employés les plus flexibles et les plus précaires (annexes 8,10 et 4) qui sont aujourd’hui mis en cause et touchés par cette réforme, mais que demain, si on pousse la logique jusqu’au bout, le MEDEF nous dira que les CDI manquent de flexibilité. Nous nous battons donc pour notre spécificité, mais au-delà de ça, pour tous.

- Essayer d’intervenir contre l’agrément du ministre du travail sur cet accord.

- Mettre en garde sur une potentielle sortie des intermittents du spectacle de la solidarité inter professionnelle au sein de l’assurance chômage.

En effet, le texte voté prévoit un remaniement total du régime spécifique d’assurance chômage des annexes 8 et 10, devant avoir lieu à l’automne-hiver 2014 (tiens, ils laissent passer les festivals ???). Cette nouvelle négociation devrait avoir lieu entre le MEDEF, les partenaires sociaux, l’état ainsi que des syndicats d’employeurs et d’employés spécifiques à nos professions.

Ce texte parle également d’un remaniement de la liste des professions acceptées au sein de ces annexes.

Si l’état doit être partenaire, arbitre, nous défendons le fait de rester au sein de la solidarité interprofessionnelle. Faire financer en partie ce régime spécifique par l’état, surtout en cette période de baisse des budgets alloués à la culture, serait potentiellement dangereux à terme :

Premièrement, parce que les budgets de la culture ne sont effectivement pas extensibles (ce qui serait donné ici serait repris ailleurs)

et deuxièmement, où s’arrête la logique ? Qui fera t on sortir de l’assurance chômage dans 1 an ? Dans 2 ans ? Dans 10 ans ? Nous sommes menacés aujourd’hui, mais à terme, aucun corps de profession, aucun salarié n’est à l’abri. Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous.

- Défendre et communiquer à tous, en attendant l’accord de l’automne-hiver, que nous souhaitons que les futures négociations soit basées sur les contre-propositions parfaitement étayées du comité de suivi (c’est-à-dire, la Coordination des intermittents et précaires d’ile de france, la CGT-Spectacle, la Fédération des arts de la rue, le Syndicat des musiques actuelles, SUD Culture Solidaire, la Société des réalisateurs de films, le Syndeac, le Synavi, et l’Ufisc)

- Suivre de près le fonctionnement et les réflexions du CIP-IDF, qui a le mérite d’avoir continué à bosser sur ce sujet depuis 10ans.

- Initier une réflexion plus large sur la place de la culture dans la société.

- Entrer en contact avec les autres coordinations pour tenter d’unifier le mouvement et partager nos réflexions. (A bon entendeur... ciplimousin@gmail.com )


La coordination a donc décidé :

- De rédiger dans les 2 semaines à venir un manifeste défendant toutes ces idées.

- Dès qu’il sera rédigé, nous souhaiterions que ce manifeste soit signé par un maximum de structures (Toutes ?) embauchant des intermittents du spectacle dans la région limousin (salles de spectacles, festivals, municipalités, etc, etc…)

-Ce manifeste ainsi signé servira de base à toutes nos futures rencontres (ensemble des syndicats d’employés et d’employeurs, et des élus, etc…) et ce pour qu’ils défendent ce socle commun lors des négociations de fin d’année.

- Un rendez-vous sera pris dans les jours à venir également avec un conseiller à l’Elysée et proche de François Hollande, actuel maire de Tulle, afin de faire remonter notre demande de non signature par le ministre du travail.

(réflexion hors AG : Peut-être la même demande pourrait être effectuée à monsieur Alain Rodet, député...Mais plus maire de Limoges, qui avait accepté de faire remonter une question ouverte à l’assemblée (par l’intermédiaire de Michel Caesteker, directeur des centres culturels de la ville de Limoges)

La coordination est donc pour l’instant organisée comme il suit (et est absolument plus qu’ouverte à tous ceux qui souhaitent s’investir et aider, ou bien créer de nouvelles commissions !!! -on a besoin de vous-) :

Commission « porte-paroles » (c’est-à-dire, ceux qui iront représenter la coordination aux rendez-vous) –par ordre alphabétique- :
- Vincent, technicien
-Simon, technicien
-Patrick, permanent, comptable au théâtre de l’Union, CDN du limousin
-Philippe D., metteur en scène
- Elise, comédienne

Commission « rédaction » (qui créera le manifeste, et des écrits de réflexion) :
- Pierre, auteur, conteur
- Renaud, auteur, metteur en scène
- Florence, comédienne / chanteuse
- Fabienne, auteur, metteur en scène

Commission « Création d’un site web » :
Webmaster : Julien

Une adresse mail spécifique a également été créée : ciplimousin@gmail.com (merci donc à vous tous de passer par cette adresse pour tout ce qui concerne la coordination!

Pour l’instant, -tant que le manifeste n’est pas rédigé-, nous n’avons pas prévu de nouvelle AG ni d’actions (si vous voulez d’ailleurs devenir des têtes chercheuses, faites le savoir) , hormis celle d’aller rencontrer Bernard Combes et éventuellement le député Alain Rodet.

N’hésitez pas à communiquer via le mail, pour l’instant, vos textes, réflexions, envies, doutes, questions, coups de gueule… Nous tenterons d’y répondre si nécessaire, et ils pourront être une excellente matière pour les prochaines AG.

Une prochaine AG s’organisera dès que nécessaire (pour qui que ce soit) ou avancées.

Ce mouvement se structure, mais nous sommes toujours tous co-responsables du bon fonctionnement et de l’avancée des choses.

Enfin, afin d’élargir au maximum et compléter notre liste de diffusion, surtout, transférez ce message à tous vos contacts de la région limousin. Nous n’avons pour l’instant que les adresses mails et téléphones des personnes venues en AG ou des personnes en ayant fait la demande. (soit une centaine sur environ 300)
Je vous invite donc à me communiquer vos coordonnées mail, nom, prénom, téléphone et fonction, sur ciplimousin@gmail.com afin de vous ajouter à la liste.

 

Merci à tous.
J’espère ne rien avoir oublié de primordial, et m’excuse pour ma rédaction tardive et approximative.
Elise pour la coordination.

Communiqué du 21 mars 2014

LA COORDINATION DES INTERMITTENT-E-S et PRECAIRES DU LIMOUSIN

 

NON à l'agrément de l'accord UNEDIC signé dans la nuit du vendredi 21 mars

 

Madame, Monsieur, 

 

Une parodie de négociations pour renouveler la convention Unédic a eu lieu le vendredi 21 mars parce qu’elle a été négociée dans les locaux du Medef avec des méthodes qui constituent un réel déni de démocratie : interruptions interminables de séance, conciliabules de couloirs, arrangements bilatéraux hors de la salle… 

 

Madame Filippetti s’est félicitée « du maintien des annexes 8 et 10 au sein de la solidarité 

interprofessionnelle ». 

 

Monsieur Sapin, quant à lui, a déclaré que les nouvelles règles de l'assurance chômage permettront «d'assurer, pour les deux prochaines années, la pérennité d'un régime qui joue un rôle majeur pour notre cohésion sociale ». 

 

Ces déclarations sont choquantes de la part de ceux qui ont justement combattu le protocole d'accord nocif de juin 2003, aujourd'hui confirmé et aggravé. Vous ne pouvez rester insensibles à la réitération des politiques néfastes de 2003 : Vous le savez bien, l'accord relatif à l'indemnisation du chômage des salariés intermittents du spectacle signé dans la nuit du 21 mars est inique et inacceptable. Il ne tient aucun compte des propositions concrètes longuement élaborées au sein du Comité de suivi, aussi bien par certains syndicats de salariés que par la Coordination des Intermittents et précaires, alors que celles-ci auraient 

permis d'assurer des conditions d'existence dignes pour des dizaines de milliers de salariés sans pour autant peser sur le coût de cette prise en charge. Le travail des parlementaires, députés et sénateurs, a été, lui aussi, jeté au panier. Ainsi le rapport de Jean-Patrick Gilles sur les conditions d’emploi dans les métiers artistiques (N°941) n’a pas, non plus, servi de base aux négociations. Sous prétexte de « renforcer l'équité entre allocataires », cet accord ne fait en réalité qu'accentuer la fragilité des salariés les plus précaires, qu'ils soient intérimaires ou intermittents. Lors de la signature du protocole du 21 mars, c'est uniquement une prétendue « logique» comptable qui a prévalu. Depuis dix ans, on a pourtant pu mesurer à quel point cette « logique » a été coûteuse et destructrice à tous points de vue. 

Comment ne pas voir dans ces négociations Unédic un mépris du travail des parlementaires de toutes sensibilités politiques confondues ? Nous vous demandons de nous soutenir dans notre combat contre l’agrément de ce texte et ainsi permettre l’ouverture d’une nouvelle négociation. D'ici là, ce délai pourra être utilement employé par les syndicats signataires pour étudier sereinement les diverses propositions qu'ils ont jusqu'à présent ignorées. Le Comité de suivi de la réforme de l’intermittence travaille depuis 10 ans sur des contre-propositions justes, adaptées et pérennes. Elles ont été chiffrées et comparées avec le modèle actuel par une expertise indépendante : elles ne sont pas plus coûteuses et entraînent 70% de précarité en moins. Ils pourront ainsi revenir à la table des négociations avec une connaissance approfondie d'un dossier vu jusqu'à présent sous un angle étroitement idéologique. 

A l'issue de ce délai, et à la lumière de tous ces éléments de réponse, la négociation sur l'indemnisation du chômage pourra se poursuivre entre les partenaires sociaux dans le cadre de l'Unédic.

 

Nous vous engageons également à organiser dans les plus brefs délais la tenue d'un débat national sur la politique culturelle, car nous savons que le problème de l'assurance chômage n'est qu'un des points névralgiques du malaise que nous vivons.

 

La coordination des intermittents(e)s et précaires du Limousin

Partagez votre site

CIP LIMOUSIN

Délégués : Elise et Simon

ciplimousin@gmail.com

www.facebook.com/

groups/

intermitttentslimousin/

Maintenance site :